La machine, au service de l'homme, calcule à la vitesse de l'éclair. Faut-il en faire un plat ?

Je viens de terminer la correction du dernier CAPES externe, et j'ai utilisé la force de frappe de mon traitement de texte dopé aux hormones pour vérifier qu'une somme bien compliquée à calculer était bien égale à l'expression plus simple proposée par l'énoncé.

Bien sûr, cette vérification s'est faite par récurrence, et donc tout a été pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Mais si je n'avais pas réussi la récurrence, j'aurais bassement profité du calcul rapide de certaines sommes pour savoir si la somme avec laquelle je travaillais était la bonne. 

Je me suis alors posé la question de l'utilité qu'il y a à apprendre des commandes spéciales pour utiliser telle ou telle autre calculatrice suivant sa marque et son époque... C'est pourtant ce que l'on donne à faire aux élèves. Voilà trois pages de réflexions que je désire partager avec vous :





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999