Réactions de collègues sur les nouveaux programmes 2016

Les commentaires suivants, extraits d'une page du Café pédagogique publiée le 13 avril 2015, montrent des collègues inquiets devant les nouvelles dispositions tombées du ciel concernant le collège. Faut-il rappeler que je n'ai vu aucun professeur de collège en exercice dans la commission supérieure des programmes qui a choisi ces beaux programmes pour nous ?

tuictice
J'ai fait une recherche de "TUIC" et "TICE" dans le programme cycle 2 et cycle 3. Résultat : 0 la tête à TOTO. Certes, les "TICE" sont des outils pour les apprentissages, mais il ne faudrait pas oublier l'apprentissage de ces outils, qui est un apprentissage à part entière ! Encore aujourd'hui, qui sait créer un style sous un logiciel de traitement de texte pour rendre son document plus lisible et qu'il soit relayé par une large communauté ? La première réponse est : Nous n'avons pas appris ou pas été formé !

olivier 10
Ces programmes sont peu clairs, vagues et incompréhensibles. Je plains les nouveaux collègues. Les parents n'y comprendront strictement rien. De larges interprétations possibles qui augmenteront les inégalités de l'école au collège ; c'est peut être le but.

jeromenicolas
Le reportage au JT de France 2 sur le collège de Bordeaux ayant inspiré la réforme était un merveilleux exemple d'entreprise de désinformation : oublier de mentionner un effectif bloqué à 100 pour cette expérimentation, pas de mention du taux de boursiers. Venez donc faire un tour chez moi en collège Rep+ avec près de 90% boursiers dans un des quartiers les plus pauvres d'Europe (collège versailles - 13003 Marseille), collège construit sous une autoroute et mitoyen d'une déchetterie dans un quartier où l'antenne de médecins du monde voit resurgir des maladies oubliées comme la galle ou le saturnisme.
J'imagine déjà certains IPR féliciter l'audace du prof d'histoire-geo et de la prof d'espagnole vus dans ce reportage pour avoir demandé aux élèves de "rédiger un tract à destination des fermiers Kenyans, tract qui sera rédigé en espagnol". Magnifique démonstration de ce qu'est l'interdisciplinaire à marche forcée à base d'un projet bidon. Faire un tract en espagnol pour les fermiers Kenyans, quelle grande idée de la part de nos deux collègues qui se sont ridiculisés à jamais mais soyons certains que certains IPR adorent ces idées novatrices.

Franck 059
Même constat. D'abord, les nouveaux programmes disciplinaires n'intègrent pas le socle comme cela a été annoncé. Le 2ème volet est bel et bien séparé du 3ème. En ce qui concerne par exemple les mathématiques :
- Celles-ci sont réunies avec les science et technologie, d'où une liste indigeste de compétences par domaine. Certaines compétences sont d'ailleurs toujours élitistes et très éloigné de la réalité cognitive d'un collégien !
- Le programme disciplinaire (volet 3) renvoie de manière évasive aux domaines codés D1,D2, etc mais sans établir un lien précis entre les notions et les compétences.
- Rien de novateur dans le contenu, on essaie de faire du neuf avec du vieux, on introduit l'algorithmique pour être à la mode. Pire, des notions importantes disparaissent et d'autres qui avaient disparu un temps réapparaissent alors qu'elles sont bien inutiles pour le lycée et pour les mathématiques d'aujourd'hui...
- Dans l'ensemble, le plus grave est qu'ils ne s'allègent pas ! Au contraire quand on fait le total, ils s'alourdissent !!! Or on passe de 4h à 3,5h en classe de 3ème et si l'enseignant de mathématiques s'investit dans les EPI, cela risque d'être insoluble. On fera donc cours en AP ou en EPI ou alors on adoptera un rythme de fou pour boucler le programme !!! Les cours particuliers ont de beaux jours devant eux en maths, quant aux élèves fragiles ils décrocheront encore plus vite.
Voici ce qui est grandement prévisible :
  1. Indigeste, les enseignants ne s'approprieront pas le volet 2 trop flou.
  2. Rédigé par cycle (les éditeurs vont s'amuser...), on continuera de faire comme avant.
  3. Et ce d'autant qu'on aura pas le temps ni la rémunération pour la concertation entre collègues
swalter 1
1ère rapide lecture, des programmes assez vague. La liberté pédagogique est séduisante, mais à trop rester vague, le danger est que les élèves les plus faibles auront un sous programme. Donc ça ne réduira pas les inégalités Les deux dernières pages sur les EPI me fait rire, on a l'impression que ça a été ajouté à l'arrache pour coller au programme du collège 2016.

****************

Pour terminer, voici un commentaire lucide laissé sur le forum de les.mathematiques.net :

C'est toute la malhonnêteté de la com' ministérielle sur cette réforme : il faut déduire les machins appelés EPI des horaires annoncés. Pour le voir, calculer le total horaire dans les grilles officielles. Ces machins sont des équivalents des anciens IDD en gros (et sans doute en pire...) ou des TPE : des projets bidons pour occuper les élèves.  

J'imagine que les maths dedans consisteront à faire 3 calculs de pourcentages dans un projet en lien avec la géographie par exemple (bref, pour une trentaine d'heures perdues pour un EPI maths-géo, soit 15h prises sur les maths et 15h sur la géo, il y aura 1 seule heure de maths effectives !)  Comme les matières impliquées dans les EPI ne seront sans doute pas les mêmes d'un collège à l'autre, certains auront bien les 3,5h de maths annoncées en 5ème mais d'autres n'auront peut-etre que 2h.  

Quant aux programmes, les premières annonces doivent arriver bientôt mais on peut lire le nouveau socle commun (quand on sait tout ce qu'il manquait dans l'ancien par rapport au programme). Mais j'ai lu quelque part dans la com' ministérielle qu'ils voulaient faire du calcul écrit et mental (cela sous-entend-il aussi du calcul littéral, sans doute pas) et des algorithmes, du code informatique et... c'est tout ! Le processus de destruction s'accélère ! 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999