Collège et maths modernes : question d'un parent

QUESTION 

(...) Je me décide à vous écrire après avoir parcouru votre site internet très intéressant, trouvé en tapant les mots clefs "math" "niveau" et "collège" sur internet.

J'ai eu mon bac en 1989 à ***, puis fait deux ans de classes prépas à Paris au Lycée *** et une ENSI à *** pour devenir ingénieur. 20 ans après, je travaille dans l'industrie aéronautique chez ***, (...).

Il y a deux ans après avoir tout oublié ou presque des maths, mes fils arrivant au collège, je m'y suis intéressé à nouveau. J'avais un souvenir moins bon qu'en physique de ma scolarité mathématique, et surtout un très mauvais souvenir de mon entrée en math sup. J'ai d'abord racheté sur internet mes vieux livres de TC (Hachette classiques) de 1987 et de vieux livres de classe prépa que je n'avais pas eu les moyens de m'acheter il y a 25 ans (Ramis Odoux Deschamps) puis de fil en aiguille je me suis intéressé à ce que l'on pouvait enseigner au début des années 70 au collège. J'ai été stupéfait en ouvrant les livres delagrave/vissio de l'année de ma naissance d'y trouver les notions qui m'avaient tellement fait souffrir au début de ma math sup et "abandonner" les maths au profit de la physique. Des notions que je n'avais même pas abordé en TC en 1989. Des notions expliquées graduellement, dès la 6ème pour certaines (relations dans N, théorie des ensemble...). Du coup, moi qui ne suis pas un génie mais quelqu'un qui ai toujours du travailler longuement les maths et la physique pour m'en sortir, je me demande si la marche du supérieur n'aurait pas été moins haute et décourageante avec quelques années d'espaces vectoriels derrière moi...

J'ai lu une contribution très intéressante d'une de vos collègues sur votre site sur l'apprentissage de notions dès le collège qui ne sont plus enseignées que dans le supérieur. J'ai deux fils qui se disent intéressés par les sciences et ont de bons résultats, mais comme moi il y a 30 ans, ce ne sont pas des génies. Du coup je me demande si je ne devrais pas leur donner un coup de pousse en parcourant chaque soir ces vieux livres avec eux (c'est en fait ce que j'ai commencé à faire et le premier est y trouve visiblement un intérêt en début de 5ème)

Même si la destruction des programmes du supérieur semble aussi se dessiner avec l'annonce de 60% d'une classe d'age en fin de licence, je pense que cela peut leur servir. En tout cas je pense que cela m'aurait aidé d'avoir des livres si simples et progressifs il y a 30 ans.

J'aimerais avoir votre opinion sur cette démarche. 30 minutes de lecture tous les soir (ce qui est impossible de faire avec les livres modernes, je n'y arrive pas).

(...) 



REPONSE

(...) Au moins, on se ressemble : je ne suis pas un génie et j’ai juste compris de petites choses en y mettant du coeur et de l’ouvrage :)

Vos enfants sont en collège, et aiment les sciences, ce qui est déjà bien. L’idée de les faire travailler sur d’anciens livres n’est pas mauvaise en soi, comme toute idée de découvrir des notions en maths ou en science en utilisant n’importe quel vecteur, mais il ne faudrait pas surcharger vos enfants de travail. S’ils sont un peu demandeur, pourquoi pas, mais sans en faire un système trop rigide.

Je pense qu’il vaut peut-être mieux travailler sur les items du programme actuel, en utilisant des cahiers de vacances ou des livres qui existent actuellement pour qu’il y aie plus de lien avec ce qu’ils voient en classe, et que cela leur facilite la tache. On peut aussi lire “à l’avance” certains chapitres, c’est-à-dire avant que le professeur de la classe aborde une notion. Pas d’interdit, de a découverte, des exercices d’entraînement pour “s’amuser”. Transformer la découverte en jeu est une optique saine. On s’amuse à comprendre, et à résoudre une équation du premier degré, à mettre en facteur, on apprend les identités remarquable et on joue à les employer dans des exercices, etc... Cela ne peut faire que du bien.

Et si un ancien livre apporte quelque chose à sa compréhension, on peut l’utiliser : on a le droit de faire feu de tout bois...

Donc faites comme vous le sentez, en fonction du caractère de vos enfants, de ce qu’ils aiment et apprécient. Et s’ils sont demandeurs, donnez... (...)


CET ARTICLE A FAIT L'OBJET D'UN POST SUR FACEBOOK
ET DES COMMENTAIRES ONT ETE PLACES. POUR LES VOIR, CLIQUER ICI !






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999