Conclusions d'enquête sur le désastre de l'enseignement de la lecture

"(...) Deux chercheuses publient une enquête expliquant les raisons du désastre de l'enseignement de la lecture. Et démontrent qu'elles ont la solution pour en finir avec ces 40 % d'écoliers entrant en sixième sans maîtriser le français.
Elles auraient dû être saluées en héroïnes par la ministre de l'Education et les syndicats d'enseignants. Qui les ont ignorées. Parce que leur conclusion est inaudible : l'enseignement de la lecture est catastrophique parce que les méthodes pédagogiques utilisées depuis trois décennies sont catastrophiques.
Ce constat n'est pas nouveau. De grands chercheurs, comme Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France et spécialiste du cerveau, expliquaient que les méthodes courantes de lecture constituaient un « déni de la réalité scientifique ». Ils étaient ignorés. Ou traités de « réacs ».
(...)
Au travers d'une lourde expérimentation avec des classes de CP durant trois ans, les deux sociologues ont fait ce que le ministère a toujours refusé : évaluer pratiquement l'efficacité des méthodes d'apprentissage. Celles d'aujourd'hui et les anciennes, qu'elles ont remplacées.
Résultat : non seulement les premières sont « génératrices d'échecs massifs », mais elles désavantagent les élèves d'origine populaire. Garcia et Oller montrent comment elles ont sauvé les élèves perdus, les transformant en une année en « bons lecteurs fluides ». Comment ? Avec des méthodes inavouables. Le « déchiffrage » des années 30. Et du harcèlement : « On les faisait beaucoup répéter. C'est tout simple - ce qui ne veut pas dire facile - mais efficace. » Du « travail intensif ». Car selon elles, « l'évitement du travail scolaire » conduit à « un renforcement des inégalités ». De quoi, en effet, rendre muets tous les acteurs de l'éducation.
La ministre ? Difficile de ne pas se sentir visée par les allusions aux enseignements « abaissant les attentes, au nom de la "pédagogie de la réussite" ». Najat Vallaud-Belkacem suit la ligne de son ministère : ce qui ne marche pas doit être accéléré, généralisé, pour aboutir à l'égalité par la médiocrité. Toujours moins, comme le relevait un récent rapport : « L'effort d'écriture rebute les élèves et on le leur épargne. » Mettre fin au sadisme des cours directifs, en finir avec les notes, à la fois traumatisantes et révélatrices de l'abaissement du niveau.
Les syndicats ? Pénible, pour eux qui ratiocinent sur les fameux « moyens », d'entendre les deux sociologues railler la « mode » du « plus de maîtres que de classes » en expliquant que « deux enseignants dans le même espace n'apportent rien si les méthodes sont mauvaises ». L'essentiel ? « Modifier les démarches et les contenus d'apprentissage. »
Un vaste plan initiant les instituteurs aux méthodes efficaces serait plus utile que les 60 000 nouveaux postes,
Les associations de parents d'élèves, qui ne cessent de plaindre les « pauvres-enfants-écrasés-de-travail » ? Les deux expertes leur conseillent, plutôt que ces activités périscolaires souvent nulles, d'« investir plus de temps dans l'entraînement ». Les « devoirs à la maison ». Et - horreur - « un peu de travail pendant les vacances ».
Autres grands silencieux, les ex-gourous du « niveau qui monte », les Meirieu, Baudelot, Establet, Dubet, etc. Réapprendre à lire raconte comment l'avant-garde de la linguistique post-1968 a fait carrière au ministère en y important des « convictions pédagogiques » relevant de « croyances » qu'une bureaucratie a « transformées en dogmes ». Ces Khmers rouges de la rééducation, « identifiant l'activité de déchiffrage des syllabes à celle du prolétaire privé de l'exercice de son intelligence par le travail à la chaîne », ont détruit ce qui réussissait. Et imposé des méthodes fantaisistes incompatibles avec le développement du cerveau du jeune enfant.
Leur nuisance fut démultipliée quand Lionel Jospin leur a livré les fameux IUFM, où ils ont endoctriné des générations d'enseignants. Et massacré des générations d'élèves, dont l'échec a été « psychiatrisé ». Des victimes qualifiées de « dyspraxiques ou dyslexiques » et puis livrés aux « professionnels de la psychologisation de l'échec scolaire ou des troubles divers des apprentissages ».
Les deux chercheuses aggravent leur cas en estimant que les enseignements de l'orthographe et du calcul ont subi le même sort.
Et en concluant que « le progressisme n'est pas toujours associé à ce qui fait progresser les élèves, mais à ce qui a été construit et imposé comme "pédagogiquement de gauche" ».
(...)."


Ces passages sont extraits d'un article paru dans Marianne :


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999