Concours : des lauréats m'ont dit de ne pas sauter de questions pour glaner des points ailleurs...

Voici une question posée par un Mégamathien ce 9 novembre 2015. Après avoir obtenu son CAPES externe en 2015, ne voilà-t-il pas qu'il remet ça en se frottant à l'agrégation externe. Cette question a trait à la gestion de son temps et à l'adoption d'une stratégie pour obtenir la meilleure note possible à l'écrit :

QUESTION 

J'espère que vous allez bien ! Je suis *** et je vous ai déjà écrit à de nombreuses reprises au sujet du CAPES externe que j'ai obtenu pour la session 2015. Je suis actuellement en report de stage et je prépare l'agrégation externe en candidat libre (bon, je suis lucide que mes chances d'aboutir sont minces mais je tente quand même l'aventure !).

Lors de mes recherches sur le net pour optimiser mes chances de réussite, je suis tombé sur un document intitulé « annexe méthodologique » dont vous êtes l'auteur. Vous y donnez de nombreux conseils toujours très judicieux et vous parlez, à un moment donné, de ce que vous nommez la règle du 4-3-2 pour les épreuves écrites des concours (que ce soit le CAPES ou l'agrégation). Cette règle stipule que si, respectivement, on rédige correctement en justifiant un quart, un tiers, la moitié du sujet, on a des chances, de fortes chances, une quasi-certitude d'être admissible ! Vous invitez également les candidats à ne pas rester trop longtemps sur la même question, à repérer celles qui sont à leur portée et donc, en fait, à pratiquer une forme de grappillage de points ici et là tout au long de l'énoncé de l'épreuve...

Or j'ai reçu des témoignages de personnes lauréates du concours qui m'ont toutes dit qu'il valait mieux rédiger une ou deux parties sur cinq ou six très correctement que de sauter des questions pour essayer de glaner des points ailleurs sur des questions qu'on estime être plus à sa portée !

Ma question est donc : qu'en est-il vraiment ?

J'espère que vous pourrez m'en dire plus car vos conseils sont toujours très avisés !

D'avance, je vous remercie ! (…) 





REPONSE

Je me rappelle de vous. Effectivement, chacun pense ce qu’il veut, et on entend souvent dire qu’il vaut mieux traiter peu de questions, mais en les rédigeant très bien, plutôt que beaucoup de questions avec une rédaction passable. Il faut relativiser, et sans cesse se rappeler qu’il s’agit d’une « course aux points » où « tous les coups licites sont permis ». Aller loin dans le nombre de questions toucher, c’est rédiger plus de question dont forcément se permettre une rédaction plus cavalière à certains moments. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne va pas s’efforcer de rédiger au mieux pour répondre à chaque question : on le fera dans la mesure du possible, si on ne perd pas trop de temps par rapport au temps total que dure l’épreuve, car une question bien rédigée rapporte des points, tandis qu’une question résolue mais mal rédigée ne rapporte pas beaucoup.

Si l’on vous dit de bien rédiger 2 parties sur 6, on est à peu près au 1/3 du problème, donc les chances d’admissibilité sont correctes, et je suis d’accord avec ce que vous avez entendu ailleurs.

Par contre, on avance en suivant l’ordre des questions tant qu’on peut, mais on ne va pas rester scotché sur une question trop longtemps sous peine de rater l’épreuve, et de passer derrière quelqu’un qui se sera autorisé à sauter trois questions pour répondre plus loin à des questions auxquelles il savait répondre ! Pendant une épreuve écrite, on se rappellera que l’on doit quitter la salle en ayant répondu à toutes les questions où l’on avait une réponse à apporter, quelle que soit la place de celle-ci ! De cela je suis certain : le but de l’écrit est de montrer ce qu’on sait faire, non d’essayer de répondre à des questions qu’on n’arrive pas à maîtriser !

Evidemment, on essaie tous de traiter le maximum de questions avec la meilleure rédaction possible. C’est un idéal, qui doit ensuite être adapté pour se confronter à la durée de l’épreuve et à la difficulté du problème. Et là, on choisit la voie du juste milieu : le plus de questions parmi celles que je trouve en un temps raisonnable, avec une rédaction aussi précise que je peux, sans exagération. 

Une fois que l’on a rédigé toutes les questions auxquelles on pouvait répondre, s’il reste du temps, on peut l’utiliser pour retourner sur des questions plus difficiles mais qui semblent « à portée » et continuer ainsi jusqu’à la fin de l’épreuve.

Une fois, j’ai vu un candidat qui était sorti d’une salle de concours en disant qu’il avait traité peu de questions, et qu’il avait été bloqué un peu partout. J’ai regardé le problème avec lui, puis j’ai vu une dernière partie de ce problème, quasiment indépendante des autres, où l’on posait des questions abordables pour qui aimait l’algèbre linéaire : un recherche de dimension d’un certain espace de polynômes à plusieurs variables, dont on connaissait pratiquement une base et où il suffisait de chercher un cardinal assez simple. Terreur ! Ce candidat n’avait même pas survolé la dernière partie : il savait répondre, mais était sorti de la salle sans avoir empoché les points qui lui revenaient. Non, non, non : il faut éviter cela ! 

Sortons de la salle en disant l’une des deux phrases suivantes :
A. Je ne me suis pas arrêté de chercher au brouillon et de rédiger directement au propre à partir de mon brouillon, et je n’ai jamais été bloqué sur une question plus de 5 à 15 min. Mais le temps s’est écoulé et me voici.
B. J’ai cherché, trouvé et rédigé toutes les questions qui se trouvaient à ma portée. Toutes les questions que je n’ai pas traitées, je ne les ai pas trouvées en un temps raisonnable. Alea jacta est. J’ai fait de mon mieux : on va voir par rapport aux autres.

Il faut à tout prix éviter de devoir dire cela :
C. Zut ! Je savais presque tout faire, mais je me suis battu contre des questions que je n’arrivais pas à maîtriser, simplement parce qu’elles étaient au début du problème !

Si c’est pour « se battre contre des questions difficiles » pour le fun, on a tout le temps de le faire une fois le concours en poche, et même en vacances !

Avanti !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999