Se reconvertir pour passer le CAPES maths : 4 questions pour y voir clair...

Voici la lettre de M.B. qui désire se reconvertir pour passer les épreuves du CAPES mathématiques en 2017. Est-il intéressant de s'inscrire à un ESPE ? Comment se remettre à niveau ? Peut-on envisager de passer l'agrégation en même temps que le CAPES ? J'essaie de répondre à ces questions, en espérant que des lecteurs qui ont été dans la même situation que M.B. lui donneront d'autres conseils à la fin de cet article ou sur MégaMaths/Facebook.



From: M.B. 
Sent: Friday, November 20, 2015 1:36 PM
To: dany-jack.mercier@hotmail.fr 
Subject: Quelques questions sur le CAPES de mathématiques

Bonjour,  

J'ai parcouru et lu quelques articles sur votre site internet (très intéressant) MégaMaths. Je suis ingénieure génie civil et urbanisme de l'INSA de Lyon (diplômée en 2009) et en activité professionnelle depuis 2010. Je pense depuis quelques temps à changer d'orientation professionnelle et revenir au métier que je souhaitais faire quand j'étais adolescente, professeur de mathématiques!

Et bien sûr de multiples questions me parcourent... c'est pour cela que je me permets de vous contacter, peut-être que votre expérience pourra m'éclairer. 

Je suis consciente que je ne pourrais m'inscrire qu'à la session de 2017, ce qui me permettrait d'avoir le temps de travailler le concours. J'envisager de quitter mon travail actuel au mois de juin 2016. 

Mes multiples questions sont les suivantes: 
  • Est-il plus intéressant d'intégrer un master dans un ESPE pour préparer le concours ou de le préparer de mes propres moyens (sachant que je suis à une heure de route de l'université où ce master est enseigné). 
  • Que faut-il étudier pour se remettre à niveau (mes cours de mathématiques me semblent un peu loin...) au préalable de la préparation au CAPES à proprement parler (équivalent des cours du M1). 
  • Est-il à votre avis possible de préparer le CAPES et l'Agrégation et de passer les 2 concours la même année ? 
  • Quelles sont mes chances de pouvoir rester dans le département où j'habite (en l'occurrence le Finistère) sachant que je n'ai pas d'enfants? (mais ma situation personnelle pourrait évoluer). 

 Je vous remercie, (...)


REPONSES

Bonjour,

J’ai reçu des messages d’ingénieurs qui désiraient passer le CAPES, et certains d’entre eux m’ont parlé de congés de reconversion leur permettant de préparer le concours pendant un an dans de bonnes conditions. Je ne sais pas grand-chose là-dessus, mais essayez de vous renseigner. Je placerai ce mél en « anonyme » sur MégaMaths-Facebook en espérant aussi qu’un mégamathien qui a déjà suivi ce parcours nous réponde et nous éclaire.

Je réponds à vos questions :

1) Oui, il est très utile de suivre les cours donnés en première année du master MEEF pour préparer le concours dans les meilleures conditions possibles. La première année comporte des heures de préparation spécifiques aux épreuves écrites et orales. Si ces heures sont en nombre largement insuffisant, elles sont néanmoins très bien ciblées sur ce que l’on demande au CAPES, permettent d’être au contact avec des enseignants de la fac qui savent de quoi ils parlent, et permettent de communiquer avec le groupe des préparationnaires, ce qui est bon pour le moral s’il y a une bonne ambiance. Donc oui, je vous conseille de vous inscrire. De plus, vous avez déjà un diplôme d’ingénieur, équivalent d’un master, donc vous pourrez demander une inscription en « Préparation au CAPES », et vous serez libre d’assister aux cours de votre choix, donc de privilégier tout ce qui entre strictement dans le cadre du concours, sans avoir à passer les examens. Il y aura aussi des simulations d’écrits, des documents à travailler... Bref vous serez dans le bon axe pour réussir.

Seul bémol, les deux heures de routes à faire pour ces allers-retours. Ce serait la seule raison à avancer pour préparer seule dans son coin : récupérer ces deux heures de gaspillées par jour pour préparer les écrits et les leçons d’oral. Faites suivant comment vous vous connaissez... Car on peut aussi préparer le CAPES seul, cela existe aussi.

2) Quoi étudier ? Lisez bien la page CAPES externe http://megamaths.perso.neuf.fr/capes.html en explorant absolument tous les liens qui y figurent (ils sont tous importants), puis regardez la page sur la bibliographie du CAPES http://megamaths.perso.neuf.fr/bibliog.html pour avoir des idées de démarrage de vos travaux.

Vous pouvez attaquer directement des annales, ou des leçons d’oral, pour découvrir ce qu’il faut approfondir, puis vous accorder des heures pour réutiliser vos anciens livres, ou vos livres récemment, ou internet, pour revoir les notions manquantes. 

Autre façon de débuter : se fournir en livres du secondaire, comme il est conseillé, et les lire pour de bon, cours et exercices. Attaquer aussi des livres de licence ou de CPGE sur les thèmes qui sont au programme du CAPES. Variez vos attaques en choisissant celles qui vous font plaisir et vous motivent le plus. L’essentiel est de creuser les connaissances sur les items du programme, petit à petit, de façon à ce que chaque demi-heure passée à boulonner apporte une connaissance nouvelle. Il ne faut pas avoir peur de lire les solutions des annales pour tenter de les comprendre : on fait beaucoup de progrès ainsi pour l’écrit. Idem pour l’oral : lisez, accumulez des munitions sur les thèmes de l’oral 1, travaillez les dossiers de l’oral 2 de l’année passée... Il y a de quoi avancer.

3) Préparer CAPES et agrégation la même année est difficile, sauf si vous avez un niveau hors pair en maths. Le programme d’agrégation externe est très vaste, si bien qu’une solution plus raisonnable est de passer le CAPES, d’avoir de quoi faire bouillir la marmite, puis si l’envie persiste, de préparer l’agrégation interne au bout de 5 ans. Mais faites comme vous l’entendez, en choisissant par exemple le CAPES comme objectif principal, et l’agrégation comme objectif secondaire, ou le contraire si vous cherchez plus de risque.

4) Mes paroles ne sont pas d’évangile, mais a priori il est plus facile de rester dans une région située au-dessus de la Loire que dans une région située au-dessous. Pour avoir une idée de la probabilité de rester dans l’ouest de la France, allez visiter les sites des syndicats (SNALC, SNES, SNLC,...) voire posez-leur la question. Ils auront des statistiques récentes. Moi, je dirais que vous avez une bonne probabilité de ne pas partir trop loin...

Mes voeux vous accompagnent dans la réussite de votre projet : pour être heureux, il est bon de faire un métier que l’on aime. Si vous vous sentez attirée par l’enseignement et les maths, foncez  

Cordialement,
dany-jack







Commentaires

  1. Bonjour, j ai suivi cette voie et ai passé le concours en 2014 après avoir arrêté mes études depuis plus de 15 ans. Effectivement chaque salarié sous certaines conditions peut bénéficier d un congé de formation professionnelle rémunéré un certain pourcentage (généralement 85% sans prime) du salaire de base. Je pense aussi qu un passage à l'ESPE est nécessaire, non pas pour une remise à niveau en mathématiques mais plutôt pour la préparation des épreuves orales, afin de percevoir plus précisément ce qui est attendu par le jury.

    RépondreSupprimer
  2. Une évolution importante pour des ingénieur(e)s désirant passer le concours : à partir de 2017, une option "informatique" sera ouverte. Celles et ceux qui ont une formation et/ou une pratique de ml'info pourraient en tirer avantage.

    RépondreSupprimer
  3. Pour info j'ai passé le CAPES de maths en 2008 12 ans après avoir fini ma maîtrise de maths. Je n'avais presque pas révisé les écrits et j'ai été admissible 3 années de suite. Par contre j'avais préparé toutes les leçons et pourtant j'ai échoué 2 fois à l'oral. Remarque : mes notes 2006 8 10 8 2
    2007 13 10 2 10 2008 13 14 5 13

    Voila mon expérience cette année j'ai pris 6 mois de congé de formation pour passé l'agreg : je suis admissible à l'interne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant, et surtout très rassurant pour qui se lance dans une reconversion. Et je peux attester que beaucoup réussissent dans leur projet. L'évolution des notes obtenues au CAPES montre une amélioration d'une année à l'autre, tout en évidemment laissant la place à une échec sur l'une des épreuves orales dans la dernière série, puisqu'à l'oral le facteur chance joue plus qu'à l'écrit.
      Merci pour votre commentaire.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999