Ecrit 2 au CAPES maths et option informatique


Guillaume me demande des éclaircissements sur la préparation de l’écrit 2 pour les candidats ayant choisi l’option informatique. Voici ses questions :

Bonjour M. Mercier,
Je prépare actuellement le CAPES externe de Mathématiques. Je le prépare tout seul, je ne fais pas de prépa. J’utilise notamment comme support, votre trilogie « Prépa CAPES Maths 2017 ». 
J’ai choisi l’option informatique et j’apprécie vraiment la distinction faite entre les exercices étoilés (option maths) et ceux qui ne le sont pas (pour les deux options). Cela me permet de cibler un peu mieux ce qui est attendu pour un candidat option informatique. 
Ceci dit, des doutes persistent et mes questions seront donc liées aux attendus en maths lorsque l’option info est choisie: 
1) De manière générale, comment savoir si une notion, un exercice, est lié à l’option maths ou info ? Lorsque l’option info est choisie, faut-il se baser uniquement sur le programme collège/lycée pour réussir l’écrit n°2 ? 
2) A quoi doit-on s’attendre pour l’écrit n°2 commun aux deux options ? Certains m’ont dit que l’épreuve était nouvelle et qu’au-delà des notions techniques, les compétences pédagogiques et professionnelles seraient jugées. Peut-on donc se baser sur l’écrit n°2 de 2016 ? Ou l’épreuve se rapprochera-t-elle finalement d’un oral n°2 ?
3) J’insiste sur l’écrit n°2 de 2017 car je ne sais pas sur quoi me baser… Les exercices étoilés sont généralement plus difficiles mais ai-je vraiment besoin de les maîtriser pour réussir l’écrit n°2 ? 
Ayant choisi l’informatique, je souhaite optimiser mes révisions en maths afin de ne pas négliger mon option… (…)


REPONSES : (...)

1) Pour l'écrit 2, il est bon de se baser sur un programme qui correspond à ceux du collège et du lycée, même si l'on sait que le questionnement pour être plus évolué et demander de maîtriser quelques notions du supérieur. Comme le problème est en général long et progressif, il y a fort à parier que l'on ne s'ennuiera pas en répondant uniquement aux questions de type collège et lycée. 

Dans un premier temps, quelqu'un qui a choisi l'option informatique devra privilégier le programme du lycée et les développements qui vont avec. Une idée et de préparer des leçons de type oral 1 pour l'option mathématiques, de façon à lire des développements basés sur le programme du lycée. Cela offrirait aussi une certaine préparation à l'écrit numéro 2. 


2) Je ne sais pas ce que sera exactement le second écrit de la session 2017, mais je pense que l'on peut se baser sur l'écrit correspondant de la session 2016 pour en avoir une idée. Qui vivra verra...


3) Les exercices étoilés sont effectivement plus adaptés à ceux qui ont une licence de mathématiques. Je ne pense pas qu'il soit utile de les travailler trop en avant pour préparer le CAPES si on a choisi l'option informatique. 

Par contre, il faudra préparer les dossiers d'oral 2, est nous avons peut-être une façon d'entrer dans le programme intéressante pour qui choisit l'option informatique. Pourquoi ne pas travailler quelques dossiers d'oral 2 pour préparer le second écrit ? Ce ne serait pas une mauvaise idée, surtout si vous préparez seul puisque cela vous mettra dans le bain. Dans les ESPE on a déjà commencé la préparation à l'oral qui durera tout le second semestre, car le temps manque pour tout le monde. 

Bon courage dans vos révisions et bonne réussite dans vos projets. 
Dany-Jack Mercier

Commentaires

  1. Bonjour,
    j'ai le même questionnement que Guillaume. Concernant l'écrit 2 ce que dit le décret de novembre 2015 ce n'est pas très concret et en regardant le sujet 2 2016, les deux problèmes commencent par un exo lycée. Le problème 1 est ensuite résolu avec les outils de l'enseignement supérieur. Et le problème 2 évolue vers un problème type écrit 1 je dirais. Est-ce aussi votre analyse?
    Il faudrait donc se préparer comme pour l'écrit 1 en éliminant certains chapitres comme Groupes, Anneaux qui ne sont pas traités dans secondaire? ou comme vous dites préparer les développements des leçon oral 1 mais bon ça revient au même non? et cela reste vaste.
    Pour ma part je prépare le troisième concours mais ceux qui ont choisi l'option info, ils ont du coup plus de travail à faire, non?
    Merci d'avance pour votre réponse
    Clara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec votre analyse. Il faudrait préparer l'écrit 2 comme le 1 mais en supprimant certains développements trop pointus qui n'ont pas de chance d'être choisis quand ils sont trop éloignés des thèmes du lycée. Préparer l'oral c'est bien aussi. Et comme vous dites, tout cela est bien vaste, faisant partie d'une culture mathématique de base.
      Bon punch dans vos révisions,
      djm

      Supprimer
    2. Inscrit comme vous au CAPES de mathématiques option informatique, je me pose les mêmes questions et c'est d'ailleurs Google qui me mène à vous ...

      En tant que simple candidat, je peux simplement partager certaines pistes de préparation de l'écrit, mais sans garantie qu'elles soient exactes et pertinentes :

      => Epreuve écrite n°2 (maths) : lire les ouvrages de mathématiques jusqu'en terminale S et être capable de résoudre les exercices.
      => Epreuve écrite n°1 (informatique) :
      - Tutoriel officiel Python à connaître par coeur. En particulier maîtriser la syntaxe, car le code doit 'tourner' à l'écrit sans qu'on puisse le débugger. Pour la partie théorique :
      - Ressources du Lycée. Terminale option informatique. Faire des T.P. disponibles sur Internet. C'est la base.
      - Ressources de L1/L2 Math-Informatique. Faire les T.P. disponibles sur Internet.
      - Lire un ouvrage sur le calcul formel. En particulier, la base, c'est la compréhension fine du codage des différents types et les limites des outils informatiques. On retrouvera ces mêmes limites en Python.
      - Lire un ouvrage d'algorithmique (qui traitera sous un autre angle des exemples classiques de graphes, de tri, de pile et d'optimisation). Porter les exemples vers Python.
      - Ne pas oublier SQL en se limitant à SQL99. Apparemment, il faut également maîtriser les recordsets.
      - Ouvrages dédiés à la programmation des calculatrices, comme la TI-NSpire. Porter vers Python.
      - Quatre sujets des leçons à l'oral ont retenu mon attention : les matrices (déterminants), la recherche de valeurs approchées, la cryptographie et les nombres premiers. C'est potentiellement très vaste.
      - Les sujets mathématiques (recul M1) : nombres complexes, systèmes linéaires avec paramètres, inéquations, équations trigonométriques, dévelopements limités, suites, séries, calcul matriciel, équations différentielles, statisques et proba, toute la partie sur les arbres. C'est l'épreuve n°1 de l'option mathématique, mais il faut passer par là.
      - Faire des recherche sur des sujets "classiques" (liste tirée de wikipedia) : le GPS, coloration de graphe, coloration équitable, problème du voyageur de commerce, triangulation de graphe, recherche de chemin, problème d'affectation, codes identifiants dans les graphes, problème de couverture de sommets, problème SAT, théorème de Robertson-Seymour. Je ne dévoilerai pas toutes mes pistes, car je n'en suis même pas certain ...

      => Epreuve orale (informatique) : la préparation de l'écrit prépare à l'oral.

      Mon avis général en temps que candidat, c'est que l'épreuve CAPES de mathématiques option informatique pourrait être très sélective. Tout d'abord parce que l'épreuve écrire n°2 l'est moins (questions niveau bac). La sélection s'effectue plus naturellement sur l'épreuve n°1, de spécialité. Ensuite, parce qu'il est écrit dans des discussions entre correcteurs que le recrutement d'informaticiens ne doit pas mener à une baisse de niveau en mathématiques. Enfin, parce qu'écrire du code informatique s'apprend et le niveau attendu est clairement celui d'un enseignant capable d'enseigner en L1. En 5 heures, il faut poser sur papier 5x50 lignes de code, sur un sujet nouveau, ce qui n'est pas à la porté du premier venu. J'imagine mal une première épreuve qui laisse passer tout le monde, à condition de "pondre" quelques lignes en Python.

      Ce sera probablememnt une épreuve sélective, à peu à la manière de l'épreuve de modélisation à l'oral de l'agrégation : beaucoup d'inscrits, peu d'élus.

      Supprimer
    3. Bonjours,
      J'ai malheureusement écrit mes réponse en pseudo-code, complètement juste, (je maitrise le C++) mais je pense que c'était éliminatoire.
      Aucune transparence, pour les corrections.
      Je ne me suis pas intéressé au piton, car plusieurs fois au cours de ma carrière j'ai constaté que les produits "libres" finissent en queue de poisson.
      Le piton, comme tous les produits "libres" finissent à la poubelle ou sont repris par des boites privées et deviennent hors de prix (ex: Mathlab vaut aujourd'hui 15000€)
      Donc le jour du concours, j'ai répondu en pseudo-code, car en tant que futur prof, je ne veut pas avoir des a-priori sur tel ou tel langage (sachant que piton et C++ se ressemble, comme tous les langages orienté POO)
      Les examinateurs, eux, semble êtres moins ouverts...

      Supprimer
    4. C'est évidemment cela qui a posé problème : c'est forcément éliminatoire car Python est passé à la mode depuis l'année dernière. Avant c'était Algobox pour le lycée, et ça a duré 3 ou 4 ans. Comme vous dites, les langages passent et les modes évoluent.
      Vous avez trouvé la raison de cette note éliminatoire. C'est dur, mais les critères du concours sont définitifs et les mêmes pour tous.

      Supprimer
  2. S'ils étaient honnêtes, cela aurait du être précisé de façon explicite dans l'énoncé:
    "répondre obligatoirement en piton".
    Une seule question précisait "Répondre en piton", mais pas pour toutes les réponses suivantes.
    Car en université aucun langage n'est enseigné, pour ne pas limiter les élèves à tel ou tel langage.
    Ensuite, aucun livre d'algorithmie n'utilise un langage spécifique: ils sont tous en pseudo code.
    Donc d"éliminer les élèves qui utilisent du pseudo code est clairement une tricherie honteuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoutez, je ne sais rien sur l'épreuve informatique. Et je n'ai pas l'énoncé sous les yeux. Je l'ai vu traîner à un moment mais je ne l'ai pas conservé. Pour pouvoir vous répondre il faudrait analyser l'énoncé ET aller relire toutes les instructions concernant l'option informatique.

      Tout ce que je sais sais qu'on demande du Python à l'oral du concours et qu'on a aussi droit aux logiciels listés sur le site officiel du jury, sur http://www4.ac-nancy-metz.fr/capesmath/index.php?id=epreuves-orales :

      LibreOffice (interface en français et éditeur d'équations) 5.1.5
      Geogebra 5.0.279.0
      GéoTortue 3.14.02.19
      Python 3 (éditeur Pyzo 4.3.1 avec les bibliothèques numpy, scipy et matplotlib)
      Algobox 0.9
      Scratch Offline 448
      Scilab 5.5.2 avec le module lycée 1.4.2-1
      Xcas 1.2.2
      SQLite Database Browser 3.8
      Casio ClassPad Manager
      Emulateur HP prime
      TI-SmartView 83 Plus
      TI-NSpire CAS
      Outil capture d'écran de Windows

      On ne voit pas de C++ à l'oral en tout cas. C'est un indice.

      Supprimer
  3. De plus, le concours n'est pas le même pour tous le monde, car ils savent que leur élèves répondrons en Piton (ne sachant rien d'autre...)

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends l'école 42, qui dénigre l'éducation nationale.
    De plus, si ils éliminent sur ce critère soit:
    - les correcteurs ont des capacités limitées
    - Ont l'esprit obtus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vous qui n'avez pas suffisamment lu tous les documents qui définissent l'épreuve !

      Dans la description du programme de l'option informatique en
      http://media.devenirenseignant.gouv.fr/file/capes_externe/12/7/p2017_capes_ext_math_512127.pdf, il y a bien écrit : "Pour l’épreuve écrite, les algorithmes traduits dans un langage de programmation seront écrits en langage Python."

      Donc ne pas répondre à cette demande est éliminatoire, maintenant on peut en être certain !

      Et c'est vrai pour TOUS les candidats.

      Supprimer
  5. Oui, c'est bien écrit qu'ils seront écrit en python (donc être capable de le lire), mais pas qu'il faut obligatoirement répondre dans se langage.
    Il existe plus de 200 langages de programmation.
    J'ai bien répondu en écrivant un algorithme.
    En plus il s’agit d'une épreuve de mathématique.
    La preuve que j'ai su les lire, car j'ai répondu correctement avec un algorithme qui fonctionne.
    La mauvaise foie continue.
    Tous ceux a qui je raconte comme se passe ce genre d'examen écarquillent les yeux et ne sont pas dupes !
    Et me répondre que la correction est définie par des "Critères nombreux et variés" n'est elle pas se moquer des candidats ?

    RépondreSupprimer
  6. En plus, ils vont recruter un prof qui aura 10/20 car la moitié des algorithmes qu'il a fait sont faux, car il n'a fait que les faciles, et laissé sur la touche celui qui a tout juste !
    Pour des gens qui se disent mathématiciens ils manquent de logique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que cette option informatique n'a été inventée que pour tenter de pourvoir tous les postes offerts au concours, ce qui ne se fait plus depuis quelques années, permettant ainsi de trouver des enseignants de maths à placer devant les classes. Il y a pénurie.
      On aurait dû parler de CAPES de maths-info car exactement la moitié des épreuves (et donc de la préparation) concerne l'informatique. On n'est plus dans un recrutement de profs de maths, et ce sont des informaticiens qui sont maintenant dans le jury de maths pour faire passer les épreuves d'informatique.

      Supprimer
  7. Des informaticiens incapable de corriger autre chose que du Python, et même pas du pseudo code, j'appelle ça des bricoleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah : en maths aussi on "bricole" beaucoup au lycée. Pas seulement en informatique :)

      Supprimer
  8. La pénurie va continuer, si ceux qui ont un bon niveau sont éliminé sur des "Critères Nombreux et variés".
    Faut il venir en Kilt ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En kilt non, par contre à l'oral il faut se plier à des tas d'injonctions pédagogiques et des modes dans l'éducation : le tout numérique qui empêche d'apprendre à raisonner, l'utilisation de vidéo-projecteurs, des réponses "apprises" pour faire plaisir aux éventuels pédagogos du jury, avec des modes qui changent au grès des moments...

      Mais rassurons-nous : il est actuellement plus facile de réussir le concours car il y a des place. Ce n'est pas le cas dans beaucoup d'autres matières (SVT, EPS...).

      Et c'est toujours le candidat qui doit essayer "au mieux" de correspondre aux critères de sélection (même si je ne suis pas, moi, d'accord avec un paquet de critères). C'est la vie...

      Supprimer
  9. Voila ce que pense un agrégé (qui a publié des livres pour les préparations du CAPES, pendant plusieurs années), du système lui même:
    http://gjmaths.pagesperso-orange.fr/
    Les réponses amphigouriques que l'on ma fait, montre bien l'obscurantisme et la perversion du système, pour les mathématiques, mais aussi pour l'informatique à l'avenir.
    Accepter et défendre ce système, vaste fumisterie (je ne fait que reprendre ces propos) qui envoie les meilleurs élèves au chômage, montre bien le degré d'aveuglement.
    Ensuite, si, en tant que professeur, je suivais ces préceptes, je me ferait lynché par les parents, (qui ne sont pas dupes) à juste titre.
    Pour information, les BACs Français ne sont plus reconnus sur la Suisse (et je n'ai pas vérifié ailleurs), sauf si on a plus de 13/20 au BAC S (et pas avec le rattrapage!).
    Toutes les année, la note mini monte d’ailleurs !
    Il n'y a pas plus aveugle, sourd et idiot que celui qui ne veut ni voir, entendre et comprendre.
    Maintenant, si le candidat doit correspondre au critères "au mieux", il ne peut le faire que si on lui les donnes.
    Ne pas les donner (et très certainement les donner à ceux des filière "classiques") est bien une méthode pour ces pseudo pédagogues, qui ont conduit le classement de l"éducation en France, depuis les premières places, derrière des pays qui sont minés par la guerre et le terrorisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais, et j'aime bien les pages de Gilbert Julia. J'ai écrit des livres à ce sujet (par ex. http://amzn.to/2rD3uhe), qui n'ont pas eu de succès, mais j'ai aussi dit ce que je pensais.

      Après on est tous obligés de faire avec la réalité, avec ce qui existe aujourd'hui. Il n'y a pas d'autres solution en fait. Mais bien sûr, on ne s'arrêtera pas de penser et de raisonner par soi-même tant qu'on en a les moyens.

      Supprimer
  10. Ils se plaignent de pénurie, mais découragent ceux qui ont le potentiel, en trichant de façon honteuse.
    Aucune concession, je démissionnerai rapidement.

    RépondreSupprimer
  11. Une enquête est en cours pour voir si ils n'éliminent pas un peut trop facilement les candidats de l'enseignement privé.
    Le Numéro Public/Privé apparait.
    De plus, les correcteurs n'ont pas le choix: ils ont une plage pour noter chaque copie, qui a été mise par une seule personne...

    RépondreSupprimer
  12. https://megamathsblog.blogspot.fr/2015/05/voici-comment-sest-deroule-mon-oral-du.html

    La démonstration qui a été faite à l'orale me parait fausse:
    " ... On est parti là-dessus. J'ai été amenée à démontrer que (3;4;5) était le seul triplet pythagoricien formé de nombres entiers consécutifs, ce qui m'a amené au polynôme du second degré, à redémontrer que si ax² + bx + c = 0 admettait deux solutions x1 et x2, alors x1*x2=c/a et x1+x2=-b/a,''

    Et (-1,0,1) ? Les 3 nombre se suivent et (-1)²+0²=1²
    En plus pas besoin de la démo avec x+y et x*y
    Pour le reste chapeau...
    Donné au bout de 6 ans (Hors la loi si elle continuait à enseigner avec 6 CDD)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

47% de plagiat dans un mémoire de master : de la nécessité d'utiliser un logiciel anti-plagiat

Voici comment s'est déroulé mon oral du CAPES interne

Lettre de démission d'un professeur de mathématiques en poste depuis 1999